Fin du voyage de Céleste et Charlotte

Depuis le 27 juin 2023, ils se sont lancés un challenge audacieux : celui de se rendre de la ville de Conques en France à celle de Rome en Italie où ils sont arrivés au bout d’un périple de 1.867 km, en 112 jours par moitié sur les deux pays (avec une pause de trois semaines à la frontière pour un heureux évènement familial), le tout en n’utilisant aucun autre moyen de locomotion que leur calèche tractée par deux ânes et en s’interdisant le confort de l’usage de tout outil moderne, à l’exception du téléphone dont ils se servent comme carte et carnet de voyage afin de partager leur aventure sur internet.

Vêtus de la tête aux pieds d’habits datant au moins du siècle dernier et sillonnant les chemins à bord de leur authentique calèche tirée par des ânes, Céleste et Charlotte semblent sortir tout droit d’un ancien roman d’aventure. Pourtant, leur périple est bien réel !

Aux premières lueurs du matin, à l’heure où beaucoup dorment encore paisiblement avant de vaquer à leur train-train quotidien, Céleste et Charlotte se font réveiller par des cris d’animaux ou le bruit causé par certains curieux s’approchant trop près de leur bivouac. Alors que de nombreuses personnes s’agglutinent dans le métro, le couple est affairé à ranger leur camp, réaménager leur calèche faisant office de lieu de couchage pour la nuit, rééquiper leurs ânes… Un quotidien que n’aurait sûrement jamais pu prévoir des années auparavant Céleste Grant, 34 ans, qui a initié cette aventure. Originaire de Toulouse, cet artiste vidéaste dispose d’une solide expérience de 15 ans dans le monde de la vidéo qui a débuté lorsqu’il faisait des études d’art. Après avoir exploré différents thèmes, sa chaîne YouTube “Bunker Sauvage” s’est progressivement axée sur le voyage, la recherche spirituelle au sens large, les rencontres humaines. Au cours de l’un de ses pèlerinages, le toulousain fait la rencontre de Charlotte, une pèlerine belge qui va devenir sa compagne. Pour 2023, ils décident de mener un grand voyage commun vers une destination forte de symbolisme, et quoi de mieux que Rome, la ville dont le pape est l’évêque ? Dans leur quête d’authenticité, ils choisissent d’adopter un style minimaliste en n’emportant avec eux aucun objet moderne à l’exception du téléphone comme mentionné précédemment et ils achetèrent une vieille calèche qu’ils réparèrent avant de prendre la route.

Dès la première journée de leur périple durant laquelle ils rencontrèrent par hasard un curé qui décida de bénir leur voyage, la quête de Charlotte et Céleste semblait être placée sous de bons auspices. Chaque jour, après avoir rangé leur camp, les deux amoureux rechargent leur batterie en mangeant des aliments secs, parfois des fruits qu’ils trouvent, ou encore des dons de villageois. Ils profitent des points d’eau à proximité pour faire leur toilette ou laver leurs vêtements avant d’ouvrir la carte sur leur téléphone pour trouver les chemins avec le moins de fréquentations, généralement des petites routes de campagne. Dans les villes et les villages, leur passage ne passe pas inaperçu et les locaux se réjouissent de ce spectacle qu’ils n’ont pas l’habitude de voir : nombreux sont ceux à sortir leur téléphone pour prendre des photos des pèlerins, à les saluer, ou même à leur poser des questions pour les plus curieux. Pendant toute la journée, Céleste capture avec brio sur son smartphone les moments clés de la journée, qu’il s’agisse autant de la présentation de paysages somptueux comme des villages pittoresques, des chaînes de montagnes majestueuses, des rivières naturelles, que de moments tranches de vies avec des rencontres, en passant par leurs réflexions, interrogations ou difficultés. Cela lui permet ainsi d’archiver leur aventure de façon artistique avec un montage à la fois contemplatif et dynamique couplé à des musiques enchantées, et de la rendre public sur sa chaîne YouTube sous forme de Vblogs sortant en moyenne quasi quotidiennement. Parallèlement au montage, Charlotte installe le campement le soir, les deux tourtereaux se complétant parfaitement au niveau de la répartition des tâches. Un cercle vertueux puisque les vidéos de Céleste lui permettent aujourd’hui de vivre de sa passion tandis que les abonnés de sa chaîne comptant plus de 90.000 abonnés peuvent s’évader gratuitement de la monotonie du quotidien.

Grands artisans de cette traversée à destination de Rome, il faut rendre à César ce qui est à César en parlant des deux ânes sans qui cette histoire n’aurait pu être possible : Cyndel et Balthazar. La première, surnommée Babine, est une femelle âgée de 6 ans. Fidèle compagnon de Céleste l’ayant accompagné dans des aventures précédentes, un lien très fort l’unit à lui. Le second, le mâle Balthazar, âgé de 12 ans, a été spécialement formé à l’attelage et a été acheté plus récemment. Complété par Taïga, la chienne de charlotte, ce trio d’animaux reçoit beaucoup d’amour de la part de leurs maîtres qui les considèrent comme faisant partie de leur famille et ne tarissent pas d’éloge à leurs sujets. Avec une discipline de fer et près de 20 km parcourus en moyenne par jour au compteur sans jamais montrer de signes de fatigue, il y a de quoi ! Et même une fois cette distance effectuée, tout ne se passe pas toujours comme prévu ! En effet, il peut être difficile à l’approche du soir de trouver le bon endroit où passer la nuit. Comme les aventuriers refusent le confort, pas question de parler de gîtes ou d’hôtels ! Ils se préoccupent plutôt de trouver un endroit rempli d’herbe avec un accès à l’eau pour leurs compagnons de route à quatre pattes, ainsi qu’un terrain plat pour pouvoir dormir confortablement. Cependant, les deux explorateurs peuvent souvent compter sur la générosité des gens. En Italie, ces derniers ont par exemple été invités à dormir dans le champ d’olives d’une famille. Touchés par la sincérité du voyage de Céleste et Charlotte, les italiens leur offrent volontiers de la nourriture ou de la boisson et cela nous aide à nous rendre compte d’une chose : lorsque l’on fait les choses de manière authentique, qu’on ne se met pas de barrières et que l’on s’ouvre au monde, alors de belles choses peuvent nous arriver !

“Crois en la magie et tu la verras. Quand on y croit vraiment, ça arrive !”

Charlotte

“Il ne faut jamais laisser les autres éteindre cette flamme qu’on a dans notre cœur. Affirmez votre différence ! Petit, j’avais du mal à être dans le moule, mais maintenant, j’ai accepté ma différence et j’en ai fait ma force !”

Céleste

Des souvenirs merveilleux, ils en ont plein la tête, comme ce moment unique où ils franchirent les alpes et passèrent la frontière, savourant leur premier coucher de soleil sur le sol italien. Ces moments merveilleux et leurs enseignements ont continué à illuminer leur chemin jusqu’à Rome et donneront l’inspiration certainement aux cœurs aventureux de demain !

Céleste et Charlotte sont arrivés le 9 novembre à la Basilique Saint-Pierre de Rome en calèche tractée par leurs deux ânes !

Laisser un commentaire