Homme mort ne vaut pas âne vivant(Expression populaire)
Ressources
Diaporama

Traction animale et débardage à Ségrie (Sarthe)

Agenda
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Donkey skin

Choisissez votre skin

Reproduction - Gestation des ânesses et accouplement de l'âne

L’âne demeure un animal indispensable à l'économie des pays en voie de développement où on l'utilise également pour la production mulassière. Chez nous, en occident, il devient populaire en tant qu'animal de compagnie. La médecine vétérinaire a longtemps considéré le chat comme un petit chien avant de se rendre compte des extrêmes différences métaboliques entre les deux espèces. Il en va de même pour l’âne qui suscite l'intérêt des chercheurs, notamment dans le domaine de la reproduction. En cette matière, l'âne se différencie résolument du cheval.

Le rituel d'accouplement présente des différences importantes par rapport à ce qui est observé chez l'étalon. Un baudet mis en présence d'une ânesse manifeste des signes d'interaction intenses mais de courte durée : braiments, olfaction (exploration du corps de la partenaire), flehmen (mot d’origine allemande, l'équidé utilise son organe voméronasal ou dit organe de Jacobson situé sous la surface intérieure du nez. Cet organe est spécialisé dans la détection de phéromones. Il retrousse donc la lèvre supérieure, lève la tête et l’encolure et inspire bruyamment. Il utilise le flehmen pour analyser ou mémoriser une odeur : une jument à la naissance de son poulain, un étalon qui sent un crottin d’un autre mâle ou une jument en chaleur, etc.), et chevauchement sans érection. Les baudets, en monte libre ou en monte en main, ne copulent jamais immédiatement avec les ânesses en chaleurs. La copulation n'interviendra qu'après plusieurs cycles d'intérêt et de désintérêt pour les partenaires.

L'engouement pour les races rares justifie que l'on s'intéresse à la reproduction de cette espèce.En monte libre, les ânesses participent activement au rituel précopulatoire : d'après les travaux de Henry, elles s'approchent environ 24 fois par jour pour stimuler le baudet qui, de son côté, ne manifeste son intérêt qu'environ 6 fois par jour. Ces périodes de désintérêt semblent bien spécifiques aux ânes. Au cours de ces phases, le baudet ne reste cependant pas totalement indifférent, il extériorise partiellement son pénis. Il semblerait que ces "pauses" soient indispensables à la préparation de la copulation proprement dite. La reprise des phases d'intérêt serait initiée par les braiments des ânesses auxquels répond le baudet. Alors que l'étalon garde généralement un groupe de juments, le comportement du baudet est bien différent : il est territoriale et le baudet saillit les ânesses qui s'approchent ou pénètrent dans son territoire. Il est important de constater que de nombreux chevauchements sans érection sont observés au cours des rituels. Cela a des applications pratiques en ce qui concerne la monte en main. Pendant la phase précopulatoire, enfin, il arrive que les baudets se roulent par terre, sentent les crottins, défèquent et urinent au-dessus, tout en se masturbant.

La réponse des ânesses

Sous nos latitudes, d'animal de bât, l'âne est progressivement passé à celui d'animal de compagnie.Les ânesses ont également des signes d'œstrus (chaleurs) bien spécifiques : mâchonnements, oreilles couchées, relever de la queue, acceptation du chevauchement par le baudet voire par une autre femelle, miction... En monte libre, les ânesses peuvent écarter le baudet pendant les premiers jours des chaleurs, mais l'acceptation se fait petit à petit au fur et à mesure que le moment de l'ovulation approche.

Comme chez les chevaux, une organisation sociale du harem existe : quand elle est en chaleurs, l'ânesse dominante cherche à écarter ses congénères afin de bénéficier en premier des faveurs du baudet.

Déroulement de la saillie

La monte en main.L’érection survient en général quand le baudet est à l'écart du groupe, qu'il broute ou se repose. Il se dirige alors de manière décidée vers l'ânesse en chaleurs qu'il a choisie, et qui n'est pas forcément la plus proche de lui.

La saille se caractérise par 5 ou 6 allées et venues du pénis suivies d'éjaculation. A la suite de cela, l'ânesse saillie urine et garde la queue soulevée pendant un certain temps. En monte libre, l'intervalle entre les saillies est de l'ordre de 90 minutes, l'ânesse pouvant être saillie jusqu'à 18 fois au cours de la même période œstrale (chaleurs).

Une monte en main plutôt difficile

Dans les pays de développement, l'âne demeure un auxiliaire quotidien de l'activité économique.En raison de toutes ces particularités et notamment de la succession de phase d'intérêt et de désintérêt de la part du baudet, la monte en main est plus délicate que chez le cheval. Il arrive que des échecs complets dans la récolte du sperme soient observés. La présence humaine ou d'objets inconnus pourrait avoir une influence sur la libido du baudet. En monte libre en revanche la libido est naturellement très développée, le baudet pouvant effectuer jusqu'à 11 saillies par jour.

Particularités des ânesses

Les ânesses présentent des particularités multiples par rapport aux juments.

Le comportement de l'âne diffère notablement de celui du cheval.Les ovulations multiples semblent plus fréquentes que chez la jument. Une étude menée chez 15 ânesses sur 54 ovulations indique près de 40% d'ovulations multiples. Ces ovulations multiples sont aisément diagnostiquées par palpation transrectale des ovaires ou par échographie. On sait que chez la jument, la gémellité est pathologique, aboutissant généralement à un avortement ou à la naissance de produits non viables. On ignore encore l'incidence de la gémellité dans l'espèce asine, mais il semble indiqué d'éliminer par écrasement l'un des deux embryons quand des jumeaux sont attendus.

Chaleurs ovulatoires intermittentes : elles correspondent à des périodes de réceptivité sexuelle normale entrecoupées de courtes périodes de refus du mâle (quelques jours) bien que le cycle suive son cours. L’éleveur doit donc se méfier et ne pas interpréter une fin apparente des manifestations des chaleurs comme la fin réelle de l'œstrus. Un suivi gynécologique est indiqué pour ces ânesses (palpation transrectale et écographie).

Chaleurs silencieuses : à l'inverse des précédentes, on ne note aucune manifestation comportementale de l'œstrus alors même que le cycle se déroule normalement. L'incidence de ces chaleurs silencieuses serait de l'ordre de 2%. On ignore les causes de ces chaleurs silencieuses. Il arrive que certaines femelles ne montrent des signes d'œstrus qu'avec certains baudets. Des dosages hormonaux et des examens gynécologiques permettent de constater la réalité de ces chaleurs silencieuses.

Persistance du corps jaune : la persistance du corps jaune, une petite structure sécrétant de la progestérone, au niveau de l'ovaire, après l'ovulation, induit l'absence d'œstrus ovulatoire. Il faut la suspecter chez des ânesses ne revenant pas en chaleurs. Une mesure des taux de progestérone dans le sang permet le diagnostic de certitude. On utilisera alors des molécules dites lutéolytiques (qui détruisent le corps jaune) comme les prostaglandines. S’il s'agissait réellement d'un corps jaune persistant, les ânesses reviennent en chaleurs en 48-72 heures.

En forme toute l’année

Des études ont par ailleurs été menées sur la fertilité des baudets.

Elle ne semble pas subir de variations saisonnières très importantes, tout au moins en ce qui concerne le volume séminal, la motilité des spermatozoïdes, la concentration ou la vigueur de ceux-ci.

Seul le pH séminal a des variations caractéristiques mais discrètes.

On retiendra au total les principaux éléments qui différencient l'âne du cheval :

  • phase précopulatoire intense et prolongée,
  • chevauchements entre femelles pendant l'œstrus,
  • durée moyenne de l'œstrus (26 jours) plus longue que chez la jument,
  • ânesses cyclées toute l'année pour la plupart.

Notons en dernier lieu la pratique plus difficile de la monte en main.

La durée totale du cycle œstral des ânesses est de 26 jours.

Le cycle des ânesses

Les connaissances accumulées en occident pourraient permettre aux pays les plus pauvres d'optimiser la reproduction de l'âne.On appelle diœstrus la période séparant deux chaleurs ovulatoires, au cours de laquelle l’ânesse repousse les baudets. Sa durée va de 14 à 22 jours, 18 jours en moyenne.

L’œstrus correspond à l’acceptation des mâles et trouve son apogée au moment de l’ovulation. Sa durée est de 8 jours en moyenne, la majorité des ovulations ayant lieu à la fin des chaleurs (51% le dernier jour). Le moment le plus propice à la reproduction est donc le dernier tiers des chaleurs.

Ce cycle subit des variations saisonnières :

  • intervalle plus court entre deux ovulations au cœur de l’été,
  • croissance des follicules ovariens et taille des follicules plus importantes au cours de la même période,
  • période anovulatoire semble-t-il de très courte durée, absente chez certaines ânesses.

 

Sources HENRY (M) : quelques caractéristiques de la reproduction des ânes.
Pratique Vétérinaire Équine, 33, 129, 11-20 2001.
Revue "Cheval Santé" n°17.

Rubrique "Reproduction" Précédent

Date de création : 20/08/2009 ~ 22:46
Dernière modification : 03/02/2010 ~ 23:47
Catégorie : Reproduction

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 189
membres 5 derniers membres :
laurentdu23    yox    dubou23    CHRIS    martin   

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]

[ Devenir membre ]


  Membre en ligne : 0
  Anonymes en ligne : 7

Total visites : Total visites :  1584841  
Tchat privé
Vous devez être connecté(e) en tant que membre pour accéder au Tchat de l'Asinerie du Net.
Sondage
Combien d'ânes possédez-vous ?
 
1 âne
2 ânes
3 ânes
4 ânes
5 ânes
6 ânes ou plus
Résultats
Ephéméride
Dimanche
31
Août 2014

Bonne fête à tous les :
Aristide


C'était aussi un 31 Août
1997

Lady Diana se tue dans un accident de voiture sous le pont de l'Alma, à Paris.


Né(e) un 31 Août 1949
Richard Gere

Google Translator
^ Haut ^