On ne peut empêcher l’eau de couler, les ânes de braire et les femmes de parler(Expression populaire)
Ressources
Diaporama

Foire de Carhaix (Bretagne)

Agenda
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Donkey skin

Choisissez votre skin

Biologie - Les maladies de l'âne

Généralement considéré comme un animal rustique, l'âne présente cependant quelques fragilités et spécificités. Entre autre, on constate que l'âne est rarement malade, mais le cas échéant c'est souvent très grave voire mortel. On constate aussi et malheureusement, des morts subites chez des ânes jeunes. L'âne est en bonne santé, tout semble bien aller et un matin, l'âne est raide dans son pré. Le premier problème est que nombreux propriétaires ne signalent pas cette mort, parce qu'ils n'en voient pas la nécessité et qu'ils préfèrent éviter les dépenses conséquentes. S'ils appellent un vétérinaire, celui-ci ne tient pas vraiment à faire une autopsie suivie d'analyses coûteuses. Résultat, on ne sait pas vraiment de quoi cet âne est mort, ce qui met d'autres ânes en danger…

Les ânons peuvent mourir de "la septicémie des nouveaux nés" (d'où nécessité de vacciner au trivalent équin dans les trois premiers jours), d'un refus d'allaiter de la mère ou d'un lait insuffisant en quantité ou qualité, de diarrhées (causes diverses), de tétanos (plaie du cordon ombilical)… La mort de deux ânons dans le même pacage chez un professionnel sérieux a permis de déterminer la présence d'une bactérie dans le sol, provoquant des troubles légers et passagers chez les adultes mais la mort chez les tout jeunes. Mais d'où vient cette bactérie et comment l'éliminer du sol reste mystérieux.

Au-delà de 2 ans, les causes de mortalité subite semblent, en dehors des accidents, être surtout d'origine parasitaire. En effet, les parasites internes peuvent en migrant dans différents organes provoquer des troubles hépatiques, cardiaques, nerveux, digestifs, etc., et éventuellement mortels.

Les maladies susceptibles d'atteindre l'âne sont très nombreuses. On différencie les maladies selon leurs causes : dysfonctionnement organique, conséquences d'un traumatisme, maladie infectieuse, etc.

De gravité très variable, les maladies infectieuses, surtout virales ou bactériennes, sont maintenant assez peu fréquentes. En effet l'amélioration de la prophylaxie dans son ensemble, des conditions d'hygiène, les vaccinations, l'isolement relatif des ânes limitant forcément les contagions, l'absence de sélection génétique conservant à l'âne sa rusticité naturelle sont autant de facteurs limitant les épidémies galopantes. Il ne semble pas y avoir d'épidémie spécifique à l'âne qui est touché au même titre que le cheval. La dernière épidémie en France concernant les équidés date de cet été. La fièvre du Nil a été circonscrite à deux départements grâce entre autres mesures à une mise en quarantaine sévère de tous les équidés.

Une maladie très contagieuse qui fait rapidement des ravages est la grippe. La vaccination est obligatoire en particulier pour tout animal appelé à se déplacer (voyage en van) ou à rencontrer ses congénères (équidés) lors d'une manifestation (foire, fête, concours…).

Le tétanos est une maladie très grave pouvant atteindre "sans prévenir" n'importe quel individu bien sain (bipèdes compris !). Son incubation est parfois longue mais son développement est très rapide (3 jours). Cette maladie est mortelle si elle n'est pas soignée dés les premiers symptômes (raideurs aux maxillaires, à l'encolure, à la queue, légère fièvre). Le tétanos ne se transmet pas directement d'un individu à l'autre mais se développe dans une plaie souillée en milieu anaérobie (sans oxygène, c'est pourquoi il faut nettoyer une plaie avec de l'eau oxygénée) donc dans une plaie profonde et pas forcément grande. La vaccination n'évite pas toujours la maladie mais permet de la soigner. La vaccination antitétanique est généralement associée à celle contre la grippe. Elle doit être renouvelée tous les ans.

La rage est une autre maladie mortelle mais qui ne se rencontre pas partout. La zone géographique où elle sévit (en gros, au nord-est de la Loire) a tendance à régresser. La vaccination est obligatoire pour toute traversée ou séjour dans ses régions.

La peste équine (comme la fièvre du Nil) est causée par un virus transmis par un moustique. Bien que des vaccinations soient possibles, la meilleure protection, bien qu'aléatoire, contre ces maladies transmises par des insectes est… un bon hiver bien froid et une hygiène régulière.
D'autres maladies sont transmises par des insectes. Rarement mortelles, elles sont toujours pénibles, comme par exemple la dermite estivale qui semblerait s'apparenter à une allergie.

Qui dit insectes dit mouches, donc parasites internes. Si un certain taux de parasitisme est supporté par l'âne, trop de parasites internes peuvent tuer. Il est donc indispensable de vermifuger les animaux, mais attention, en douceur ! En effet, une vermification brutale peut provoquer des paquets de vers qui font des blocages surtout intestinaux ou pulmonaires fréquemment mortels.

Il est une maladie peu grave quant à l'état général de l'âne mais très désagréable au quotidien Sarcoïdes sur mamelles (mule de 9 ans)Les sarcoïdes sont comme de grosses verrues sanguinolentes qui poussent un peu n'importe où sur le corps (ventre, encolure, membres…). Ces sortes de tumeurs ne sont pas franchement douloureuses mais toujours désagréables à voir. Les sarcoïdes sont un vrai problème car si le vétérinaire arrive à en faire disparaître, d'autres repoussent presque toujours. Les soins peuvent durer plus de deux ans sans que l'on soit certain que l'âne est vraiment guéri. Les ânes sont plus souvent atteints de sarcoïdes que les chevaux, et les mulets le sont plus que les ânes. Ce sont souvent, mais pas toujours, des jeunes qui sont atteints, vers 2-3 ans. Il semble que les ânes vivant dans des régions "à vaches" soient plus atteints que ceux des régions sèches. C'est une maladie dont on ne connaît pas vraiment ni les causes ni les soins efficaces.

La maladie qui touche le plus grand nombre d'ânes est la fourbure. Nous en sommes toujours la cause initiale car c'est nous qui faisons vivre nos ânes dans des régions qui ne leur conviennent pas, où l'herbe est trop grasse, et c'est toujours nous qui les suralimentons, par plaisir et ignorance. Un âne est très vite en état de suralimentation permanente et il suffit de peu pour qu'une fourbure se déclenche. De plus, il faut savoir que la fourbure est récidiviste, c'est à dire qu'un âne qui a été fourbu une fois a de gros risques de l'être à nouveau.

Les propriétaires d'ânes devraient s'informer et se responsabiliser beaucoup plus et comprendre que leur âne n'est pas seul au monde. D'autre part, si l'on soigne les ânes plus et beaucoup mieux actuellement qu'autrefois et si les vétérinaires sauvent beaucoup d'animaux d'une issue fatale, malheureusement trop souvent encore un âne soigné comme un cheval meurt sans que l'on comprenne vraiment pourquoi, en tous cas assez tôt pour intervenir efficacement. L'obligation d'identifier tous les équidés et de maintenir à jour leur carnet de santé devrait permettre à la longue de progresser dans la connaissance vétérinaire des spécificités asines et donc d'éviter de nombreux accidents de santé à nos longues oreilles.

Rarement vraiment malade, l'âne est sujet à de multiples petits troubles de santé en particulier au niveau de la peau. Les causes en sont diverses : parasites externes (poux, gales…), champignons (teigne), réactions aux insectes, allergies... Ces problèmes touchent très souvent des ânes fragilisés physiquement (parasites internes…) et/ou psychologiquement (stress, comme par exemple la vente qui provoque un changement de l'habitat, de la nourriture, de l'environnement social, etc.).

Bien qu'involontairement, nous sommes presque toujours la cause initiale des maladies de nos ânes. Notre responsabilité est totale en ce qui concerne la fourbure (suralimentation), les problèmes respiratoires classiques (froid humide, poussières) les maladies de la corne (sol trop humide), etc. Pour ne pas en rajouter, une hygiène générale (locaux, pacages), des vaccinations à jour, une surveillance attentive et bien sur une alimentation correcte sont aussi indispensables que simples à appliquer.

 

Martine Jouclas, l'Ânerie centre de formation âniers et muletiers (F46090)

Rubrique "Biologie" Précédent
Suivant

Date de création : 20/08/2009 ~ 22:19
Dernière modification : 11/11/2009 ~ 15:33
Catégorie : Biologie

Imprimer l'article Imprimer l'article

Connexion...
 Liste des membres Membres : 163
membres 5 derniers membres :
camille    domi    eric13680    Mecl3    roukmout76   

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]

[ Devenir membre ]


  Membre en ligne : 0
  Anonymes en ligne : 12

Total visites : Total visites :  2457117  
Tchat privé
Vous devez être connecté(e) en tant que membre pour accéder au Tchat de l'Asinerie du Net.
Sondage
Combien d'ânes possédez-vous ?
 
1 âne
2 ânes
3 ânes
4 ânes
5 ânes
6 ânes ou plus
Résultats
Ephéméride
Lundi
24
Avril 2017

Bonne fête à tous les :
Fidèle


C'était aussi un 24 Avril
1950

Création de la Jordanie.


Né(e) un 24 Avril 1949
Véronique Sanson

Google Translator
^ Haut ^